fr.Edouard Divry, La transfiguration selon l’orient et l’occident

Coll. Croire et Savoir n° 54, Téqui 2009, 565 p.



Quels dossiers nous séparent encore des Orthodoxes chalcédoniens ? Si l'on considère l'état de la dispute à propos du Filioque, la Clarification du Conseil pontifical pour  la promotion de  l'unité des  chrétiens a posé de  véritables  jalons d'entente  (8 septembre 1995). Pareillement à propos de l'autorité pontificale, avec le Document de Ravenne approuvé à l'unanimité par les membres de la  Commission  mixte  internationale  pour  le  dialogue  théologique  entre  l'Église  catholique  romaine  et  l'Église  orthodoxe (13 octobre 2007). Néanmoins  il demeure une pomme de discorde notoire  entre  les deux Églises, qui n'a pas  été officiellement retirée depuis le concile de Florence au XVe siècle : comment comprendre théologiquement l'éclat de la transfiguration du Christ et des  saints  qui  bénéficièrent  d'une  illumination  analogue ?

Il  est  temps  de  rouvrir  cette  problématique  avec  l'expansion  de l'oecuménisme,  lequel  ouvre  de  nouvelles  perspectives  pour  la  raison  croyante,  et  afin  de  chercher,  dans  un  dialogue  dépourvu d'acribie, un  terrain de  convergence  théologique sans aucunement renier  la quête de vérité qui  constitue  le service authentique du théologien. C'est  ce que montre  le Père Édouard Divry o. p. par une  recherche qui  remonte aux Pères de  l'Église pour arriver aux auteurs du Moyen Âge, à saint Thomas d'Aquin pour les Latins, à Grégoire Palamas pour les Byzantins.

Annonces