La vocation dominicaine

Au cœur des années de célébration de son huitième centenaire (2006 pour les moniales, 2015 pour les frères), l’Ordre des Dominicains reste aussi méconnu que certains de ses membres sont célèbres. Qui connaît la vie de saint Dominique ? du fr. Thierry-Dominique Humbrecht o.p.

Qui pourrait présenter la vocation d’un Frère Prêcheur, d’une moniale, d’une sœur apostolique ou d’un laïc, tous dominicains ? Sans doute peu de gens, même chrétiens avertis.

Ce livre présente chacune des facettes de l’idéal dominicain : son fondateur, la vie religieuse en communauté, la prière, l’étude, la prédication, et aussi la famille dominicaine et les étapes de la formation. Il réfléchit sur les critères de discernement qui permettent d’authentifier le désir d’entrer dans l’Ordre. Certains « dossiers chauds » sont ouverts : la chasteté, l’institution, l’humour, la prétendue richesse des Dominicains, leur supposée intellectualité, leur humilité proverbiale. La vocation dominicaine demeure-t-elle une vocation glamour ou bien cède-t-elle à la tentation people ?
Cette présentation poursuit en outre le fil d’une réflexion sur l’avenir, notamment en France, de l’Église et des vocations, commencée avec la Lettre aux jeunes sur les vocations (2004) et L’avenir des vocations (2006). Sans réduire l’analyse à un point de vue hexagonal, le souci de la déchristianisation, de l’évangélisation et des vocations concerne aussi les Dominicains. Ils ne sauraient se dérober à ces questions ni aux réponses que l’on attend d’eux.

Annonces