L'amour de la Parole

Le frère prêcheur reçoit la grâce de cet amour divin, car il est lié toujours à l’amour de la Parole de Dieu, qui demande et donne à la fois la pureté du cœur. « Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu », dit le Seigneur (Mt 5, 8). Là est bien le désir du prédicateur : voir Dieu, et le donner à voir aux autres.

 

 

Voir Dieu et le faire voir, le montrer, s’il est possible, par une vie personnelle chaste et joyeuse, par une vie fraternelle unanime et tonique. Le fils de saint Dominique sait qu’il est comme condamné, s’il veut être fidèle à la Parole qu’il sert, à être brûlé par elle. Il y a des équivoques mortelles qui rendent vaines les paroles les plus belles. Il y a des compromissions qui annulent tous les efforts pour convaincre. Il y a des arrangements qui, tout simplement, ne conviennent pas. La chasteté du frère prêcheur, surtout dans le monde qui n’y croit pas et qui ne manque pas de souligner lourdement un éventuel manquement, n’est pas seulement faile pour son progrès personnel. Elle a aussi une valeur apostolique. Elle est un message lancé au monde et elle se passe de discours. Message d’amour, avant tout. Mais davantage message de foi et d’espérance. Car celui qui veut convaincre que le Dieu invisible qu’il annonce, est vrai et qu’il existe, ne trouvera pour convaincre qu’un seul argument : montrer qu’il y croit lui-même. Et quelle preuve de sa foi peut-il donner, si ce n’est de donner sa vie ?

Annonces